Bavardage!

BE YOURSELF IS ALL THAT YOU CAN DO

Ce matin, j’apprends la mort de Chris Cornell.  Seulement 52 ans, putain. Je ne vais pas faire la groupie, sa voix m’a accompagnée comme des millions d’autres, mais je ne suis pas la plus assidue à sa carrière. Néanmoins, j’en tiens un « mantra » qui m’accompagne depuis que j’ai entendu cette chanson, durant l’adolescence, non pas de Soundgarden, mais d’Audioslave.

« Be Yourself is All That You Can Do »

Je ne sais pas toujours qu’elle est ma place, je ne sais pas toujours quel choix je dois faire, et je travaille beaucoup sur ça.

Ces derniers mois, en fait, depuis presque 1 an, davantage si on ajoute d’autres sujets épineux, j’ai vécu beaucoup de choses que je n’ai pas partagée ici, et j’ai décidé d’aller voir une psy en Octobre.

Pour être tout à fait honnête, je savais que je finirais par en avoir besoin, mais je remettais au lendemain car je « gérais ». Et puis quand tu pleures tout les jours, et ben tu te dis que ça y est, c’est trop lourd pour faire ça seule.

C’est difficile d’appréhender tout ça, mais je ne ressens aucune gène à dire que je consulte une psy, je pense que c’est quelque chose que beaucoup de gens devraient faire. Peut être que je n’ai pas de gène car je suis citadine, et que j’approche des 30 ans, et que c’est un peu fou de savoir le nombre de gens autours de soi qui sont passé par là. Je sais que dans certaines cultures c’est encore mal vu, je vous invite à faire le mieux pour vous-même.

Ces 10 derniers jours, il se passe beaucoup de choses dans ma vie. J’ai longtemps hésité sur ce que je devais faire à propos d’un sujet délicat, qui est mon projet de musique. J’avais peur de la réaction d’une personne qui m’a été cher durant 12 ans de ma vie. Notre amitié est terminée, j’en suis très affectée car il a été le frère qui a manqué à ma vie durant une très longue partie de ma vie, alors que je n’avais plus de famille ( D’ailleurs en ai-je une, je ne crois pas: je la fonderais) et puis j’ai décidé d’écouter mon coeur, et de ne pas choisir la stratégie, la manigance, ou l’ignorance, de ne pas faire quelque chose qui aurait fait que je ne serais pas moi-même, que j’aurais regretté et que j’aurais trouvé injuste. Pire encore, faire quelque chose que j’aurais attribué aux pires relations que j’ai vécu. Depuis des semaines j’en rêvais presque chaque nuit, et dans mes rêves, il me disait « d’accord, aucun problème ». Ca ne correspondais pas à mon ressenti dans la vie, mais je crois que mon cerveau m’a dit de faire confiance à mon instinct. Alors envers et contre de nombreux avis, j’ai pris mon téléphone et j’ai crevé l’abcès.

J’ai décidé de faire la démarche que j’aurais voulu qu’il fasse. Peut être que je suis plus forte, plus apte, plus je ne sais quoi, mais ce n’est pas la question et je ne suis pas dans le jugement. J’avais besoin de régler un certain nombre de choses, oui, mais aussi de me prouver que je prenais en main les choses et que je ne les subissais plus, et que je n’étais pas une connasse sans émotion.

Aujourd’hui, je suis soulagée, et je peux enfin, faire, avancer, sans culpabiliser. Les choses sont dites, désamorcées, clarifiées. Nous ne serons plus jamais les amis d’avant, plus jamais, j’en suis triste, mais pour moi une rupture amicale en dit long sur qui vous êtes. C’est comme une rupture amoureuse. On peut se dire « je n’aime plus », mais on ne peut pas torpiller des années de confidence en faisant un grand coup de pied dans le passé, comme si ça n’avait pas existé. Le passé est immuable, c’est la seule chose qu’on ne peut pas changer. Je dois apprendre à ne plus essayer de comprendre, car ça me rends maboule. Je peux me regarder en face et me dire que j’aurais fait mon maximum pour que les choses se finissent bien pour tout le monde, et amorcer le changement en moi.

Tout ce texte semblera sans doute un peu mystique pour ceux qui ne savent pas ce qu’il s’est passé pour moi cette année, dans l’intimité je veux dire. Pas dans le joli, souriant, positif que je suis sur le web. Non, celle que je suis dans l’intimité. Les deux cohabitent en réalité, certaines fois l’une prends le pas sur l’autre, mais l’important est d’être fidèle à qui vous êtes. 

Etre soi même est la seule chose que vous devez garder en tête.

Vous évoluerez, vous pleurerez, vous aurez de la peine, vous en ferez aux autres sans le vouloir, sans doute.

Mais quand vous êtes en pleine possession de vos moyens, soyez juste vous même, accompagnée de vos valeurs.

Prenez ce risque d’être complètement vous même, quitte à prendre une claque dans la gueule.

Deuxième « mantra » dans ma vie, que j’ai fait tatouer sur mon bras:

« Make It Happen, Make It Real. »

Faites en sorte que ce soit réel.

Prenez soin de vous <3

Rachel

Instagram + Facebook 

RIP CHRIS CORNELL 

Previous Story
Next Story

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply
    Camilla
    19 mai 2017 at 9 h 38 min

    J’ai lu aussi de Chris Cornell et il m’a fiat reflechir sur ma vie..
    C’est pas facile de choisir quoi fiare et « notre future »!

    XOXO

    Cami

    http://www.paillettesandchampagne.com

  • Reply
    Plumpy Marie
    22 mai 2017 at 12 h 22 min

    Depuis janvier, moi aussi je vais voir une psy. Je n’ai pas honte, et je crois que on devrait tous rencontrer quelqu’un comme ça un jour. Pour au moins connaitre son histoire, si ce n’est pour prendre soin de soi. Ces rendez vous, ils m’appartiennent, et ils me permettent de voir autrement les choses, de les comprendre et d’aller bien. Je connais ces moments passés à pleurer tous les soirs… Et je te soutiens dans ta démarche ! <3

    • Reply
      Rachel Saddedine
      4 juin 2017 at 22 h 05 min

      Merci Marie! je sais que selon les milieux ce n’est parfois pas bien vu donc en parler ouvertement est aussi un moyen de donner la voie a ceux qui hésitent… merci pour ton soutien!

    Leave a Reply