Routine beauté

Créateurs & Marques chouchou

Beauty Addict

Mes favoris beauté #1

Bonjour les filles!

Ces derniers temps, j’ai testé pas mal de produits et comme ma peau était très capricieuse comparé à d’habitude, j’ai moi-même été très exigeante.

#1 Ma Crème avec Ioma Paris

J’ai une peau très clair, sensible, réactive, et j’avais la sensation d’avoir la peau particulièrement déshydratée, et des rougeurs que je n’arrivais pas à camoufler depuis quelques temps, et puis j’ai été invitée avec Ewa chez Ioma Paris, une marque de luxe française qui propose un diagnostique en boutique, assez révolutionnaire, puisque l’on calcule votre excès de sebum, votre hydratation, les ridules, l’ovale du visage, le terrain bactérien… en une minute j’avais les résultats échelonnés sur 15, plus vous vous approchez de 0 et plus les résultats sont bons, dans des tranches de 5 en 5, le tout après avoir entré votre âge, votre peau ( clair à noir) etc…

Dans mon cas, les résultats étaient plutôt bons, en tout cas bien meilleur que ce que je croyais:

Peaux déshydratées: 5 / Ridules: 1 / Rides et fermeté: 3 / Foyers Bactériens: 6

Une fois les informations annoncées, la machine vous crée la « recette » d’une crème sur mesure « Ma Crème » adaptée à vos besoins précis, et qui combine les 8 sérums dosés en fonction des résultats du Lab, et que l’on vous réalise en boutique immédiatement. C’est un service sur mesure et de luxe, qui a un coût mais je n’ai jusqu’à présent jamais utilisé un produit aussi incroyable et aux résultats aussi rapide!

#2 Hydratation, gommage & soin 

Depuis quelques semaines j’ai environ la même routine pour ma peau, avant le make-up:

J’hydrate mes lèvres avec un baume de chez Pacifica à l’huile de coco et beurre de cacao qui est Vegan, matin et soir, j’utilise également l’Aloe Repair-Oil une huile de la marque Adragan à l’Aloé Vera notamment enrichie en acide hyaluronique, je peux l’utiliser de manière localisée sur le visage le soir, en masque, ou bien en mettre un peu sur la pointe de mes cheveux, c’est multi-usage.

Je teste en ce moment un gommage de la marque Eclaé, « Poudre de Camargue », Gommage lumière visage. Je l’utilise localisé sur la zone T, car c’est là que j’en ai le plus besoin, environ 2 fois par semaine.

Pour le démaquillage, j’essaie au maximum d’utiliser des huiles pour éviter les cottons qui irritent parfois ma peau et réduire mes déchets, et j’ai reçu celle-ci de la marque DHC, la « Deep Cleansing Oil » je vous montre en image la version de voyage car je suis à la fin de son grand frère!

De la même marque j’ai reçu aussi des Cotons-tiges imbibés d’huile d’Olive vierge, qui permettent de rattraper un make-up tout en hydratant, c’est un petit gadget très pratique à ajouter dans sa trousse de make-up !

#3 Le teint 

Depuis quelques mois, j’avais vraiment du mal à retrouver un fond de teint qui me plaise, car avec ma peau en changement ( de sèche, à tendance mixe à grasse) je n’étais pas satisfaite du rendu d’aucun de mes chouchoux.

Depuis que j’utilise la crème Ioma sur mesure, je suis contente de ré-utiliser la nouvelle version du Loréal , L’accord Parfait en teinte Ivoire Rose, sans doute le plus clair puisque je suis vraiment très très pâle.

Pour camoufler mes rougeurs, si j’en ai besoin, j’applique avant sur mes joues le vert de la palette de correctrice Essence, et le tout est imperceptible.

J’ai oublié de le photographié, mais j’applique mon fond de teint avec le pinceau rotatif de Blend Smart, je vous l’ajouterais bientôt!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

#4 Les ongles avec Pro Nails

En ce moment, mes ongles c’est la catastrophe, je les coupe court car je les abime très/trop vite, néanmoins quand je veux avoir quelque chose de juste « propre », j’utilise la gamme de chez Pro Nails que j’ai reçu les LongWear, avec une base fortifiante et un top-coat qui tient très bien ! En ce moment je porte souvent du nude pour ne pas trop attirer l’attention dessus tant que je ne m’en occupe pas sérieusement, mais la gamme de couleurs est variée!

#Un peu de Luxe avec Givenchy

Pour finir, lors d’une soirée en partenariat avec Givenchy, j’ai reçu le mascara pivotant que j’avais très envie de tester, ainsi qu’un rouge à lèvre brillant qui sont vraiment canon. Les produits ont une odeur très agréable,le packaging est sublime.

Le mascara « Noir Interdit » a une brosse étonnante, pivotante, avec des picots qui attrapent bien mes cils, en général je ne suis pas fan des picots mais celle-ci attrape vraiment mes cils depuis la racine. C’est une astuce de maquilleur que de pivoter sa brosse et ici plus besoin de le faire.

Le rouge à lèvre « Rouge Interdit » quant à lui est hydratant et s’applique très facilement, ce sont de très beaux produits et l’odeur à laquelle je ne suis pas habituée est un vrai délice.

 

C’est terminé pour cette première édition de mes favoris beauté, j’espère que vous aurez fait de chouettes découverte! Une partie de ses produits m’ont été offert mais sachez que je ne parle que de produits que j’ai vraiment testé et approuvé! 🙂

A bientôt!

Rachel

www.instagram.com/rachelsaddedine

 

 

 

Bons Plans

Mon mec joue le blogueur avec Trendhim

Hello les filles… et les garçons! et oui, pour une fois Messieurs, ce qui suit peut vous intéresser!

J’ai été contactée par le site TrendHim pour découvrir leur e-shop, et après le « Mais j’ai un blog de fille moi!« , je me suis dit que faire un joli cadeau à l’amoureux qui donne beaucoup de sa personne pour faire marcher le blog, et vous donner un site qui regorge d’idée cadeau pour un ami-amoureux-frère-papa, ça pouvait sans doute être une bonne idée!

Alex, depuis que je le connais, ne porte pas de montre, et je trouvais ça bien dommage car même si on est tous très « connecté » à nos portables, une belle montre bien choisie en dit assez long sur le style de celui qui le porte, et il se trouve que j’ai un amoureux qui a le sens du détail, avec ses bagues et ses bracelets en cuir qu’il ne quitte jamais, il est aussi très exigeant dans son look, il fallait trouver une montre qui reflète sa personnalité.

En visionnant le large choix qu’offre le site, nous nous sommes dit que c’était dans cette catégorie que nous utiliserions le bon d’achat dont nous disposions, et nous avons effectués des pré-selections, jusqu’à se décider sur le modèle suivant:

Bracelet en cuir marron, cadran rose gold de grande taille, look de marin, nous avons donc découvert la marque Eyki et ses désigns un brin rétro ( mais pas cliché!)

https://www.trendhim.fr/montre-mecanique-nova-p.html

Les points fort:

Les livraisons sont gratuites et vous trouvez tout type d’accessoires pour homme: bretelles, chapeaux, sacs, lunettes…

Ce soir là, nous avons eu une lumière incroyable sur le toit de notre maison, de quoi faire des images parfaite !

J’espère que cet article vous aura fait découvrir un e-shop où envoyer vos hommes!

Belle soirée!


Rachel Saddedine <3 instagram.com/rachelsaddedine


Article réalisé en collaboration avec Trendhim

Lamodelamodelamode!

La Petite Robe Noire chez Pampléon

Dans un dressing, on revient toujours à quelques essentiels, et la robe noire en fait partie depuis longtemps!

A une époque d’ailleurs, je n’avais que ça, des robes noires, et je ne prenais pas de risque de réaliser de grosses fautes de goût, car c’est bien de ça qu’il s’agit quand on parle d’essentiels: une pièce dont vous savez qu’elle sera pratique, fonctionnelle, chic, multiple, et sans faux-pas.

Je ne crois pas réellement aux faux-pas dans la mode car je pense que lorsqu’on maitrise un peu son sujet on peut choisir de s’amuser comme bon nous semble, mais j’ai quelques essentiels avec lesquels « zéro risque »quand je ne connais pas trop le thème d’une soirée par exemple!

Le trench, la chemise blanche, le jean noir, le manteau gris… et la robe noire.

Celle-ci m’a été envoyée par le e-shop Pampléon, et elle est très légère et agréable. J’aime beaucoup ses manches kimono qui couvre un peu le haut des bras, et son col cache-coeur qui mets en valeur les poitrines. Je porte simplement une paire de sandale et une pochette, mais vous pouvez la faire entrer dans de nombreux univers, pour un week-end, en fonction des accessoires elle passera autant en journée avec une veste en jean, et en soirée avec une veste en sequin.

Vous pouvez la shopper ici <3 

Lamodelamodelamode!

« New York » en rose

Hello les filles 🙂

Je reviens aujourd’hui avec un look simple et pratique qui corresponds vraiment à comment je m’habille au quotidien !

J’aime vous proposer des choses avec lesquels je sors de ma zone de confort, mais dans la vie de tout les jours je privilégie vraiment le confort et le style, que ce soit dans les matières ou bien dans les chaussures.

Je porte d’ailleurs ma nouvelle paire de chaussure favorite de chez Monki que j’ai shoppé chez Asos. J’avais une paire vieillissante qui m’a tenue quelque chose comme 2 ans et demi un peu similaire, c’est à dire vernis et avec un talon type « derby », et je cherchais à la remplacer avec une paire vernis de nouveau parce que ça s’associe à de nombreux looks, je peux l’intégrer à des looks avec des jupes ou des pantalons, sans me poser de questions, elles sont aussi assez jolie pour être portée dans le cadre d’un rendez-vous pro.

Je porte une robe Asos que j’ai trouvé dans le rayon standard ( taille 46) mais je vais vous proposer des robes similaire en plus de la mienne, c’est typiquement la robe noire en coton passe partout, les manches sont « tee-shirt », et le bas en dentelle apporte un peu d’originalité.

J’aurais pu porter une long gilet, un perfecto… mais pour ce look j’ai sorti cette veste de chez MissGuided que la marque m’a proposé de selectionner dans le cadre d’une collaboration. En jean et assez fine, c’est l’idéal dans cette période de mi-saison, et si je souhaite la porter avec un gros pull,sa coupe oversize laisse la place!

Aux oreilles, je porte des Balaboosté que j’a-dore! Je les ai également reçue par la marque, j’ai choisi 2 paires de B.O. ainsi qu’un collier que vous verrez plus tard, et le tout dans ses tons rose légèrement holographique, qui matche bien avec ma pochette holographique rose que j’avais shoppé l’an dernier sur Asos!

En bref, ce look urbain corresponds parfaitement à une vie citadine car les matières sont agréables et les accessoires donnent le ton à une robe qui me semble un bon basique pour une garde robe d’automne!

Et vous, quelle tenue  » Go to  » vous avez pour cet automne?

MISSGUIDED

Monki Shoes

Robe Tee-Shirt Dentelle

B.O. Balaboosté 


 

"Voyage voyage"

J’ai testé le Crowne Plaza @ Montpellier

Hello les amis!

Fin Aout, nous séjournions quelques jours au Crowne Plaza à Montpellier, et c’était vraiment un très agréable endroit!

Nous avons pu réaliser un shooting dans une des suites de l’Hôtel, suite qui donne directement sur la piscine, avec une très grande terrasse très agréable!

J’en ai profité pour porter le look que j’avais prévu pour un mariage en Septembre, malheureusement, il pleuvait très fort à Paris ces jours là donc je suis restée sur une tenue plus sobre… Néanmoins, voici les images!
Je porte une robe Asos 🙂


Voici des images de l’Hotel en lui-même! Il est très bien situé à quelques minutes à pied de la place de la Comédie, et près du tram Corum. Nous avons tout fait à pied depuis l’Hôtel !

 

French Curves,Lamodelamodelamode!

FRENCH CURVES X GIRLBOSS

Cet été, nous avons fait une pause avec le French Curves, et les règles changent un peu pour la rentrée!

Vous pouvez désormais participer avec nous sur le hashtag #frenchcurvesXgirlboss pendant un mois, jusqu’au prochain thème… que vous pouvez solliciter auprès de Gaëlle Prudencio, créatrice du Challenge!

Girl Boss, c’est évidemment la success story de Sophia Amoruso, fondatrice de la marque de mode Nasty Gal, et c’est décliné en livre et en série que vous pouvez retrouver sur Netflix et que j’ai dévoré cet été!

Dans mon esprit, Girl Boss et Working Girl, ce sont deux choses assez différente, j’imagine la Girl Boss à la tête de sa propre idée, sa propre ambition, peut être aussi plus créative, tandis que la Working girl est dans un milieu plus classique, elle bosse à La Défense dans ma tête, et elle joue en concurrence dans le cours des hommes. Sans doute que je suis influencée par le fait d’avoir vu la série, mais du coup j’avais envie de proposer un look à mi-chemin entre fashion et pourtant basée sur les coupes des pièces classiques qu’on retrouve dans un univers de bureau.

Une veste de chez Laura Begot, ( via Pampléon) oui, mais en tweed verte et doré, une jupe en simili cuir de chez MissGuided, oui, mais rouge, des escarpins vernis noir, oui, mais avec des chaussettes, une pochette, oui mais une bouche rouge, et un tee-shirt à message, de l’empowerment…

La  Girl Boss n’efface pas sa personnalité au profit de l’image qu’on attends d’elle, elle joue avec les codes, elle s’amuse, et elle évolue avec les tendances. Un copain m’a dit cette semaine quand je lui ai évoqué un projet que j’ai « De toutes façons tu es une GirlBoss » ça m’a amusé, parce qu’en ce moment je ne me sens pas dans une forme olympique et du coup, recevoir ça quand on est en pyjama dans son canapé, ça fait un peu marrer, mais j’ai compris où il voulait en venir.

Je pense que c’est important de ne pas se travestir, d’assumer sa personnalité, son image… le seul piège est d’être dépendante de l’image que l’on renvoit aux gens, et c’est un travail méticuleux d’être lucide et conserver ses limites pour son bien être !

Et vous, des projets pour devenir une Girl Boss?

Bons Plans,Lamodelamodelamode!

Le retour du Trench, merci l’Automne!

Bonjour les filles!

Aujourd’hui je reviens avec un look d’automne, ou en tout cas, de mi-saison, que je portais le soir d’un diner en amoureux pour mon anniversaire au Camondo, où mon Monsieur m’a invité 🙂

C’est un très beau lieu de Paris, assez élitiste et rare, avec une très belle terrasse extérieur, vraiment, j’étais hyper enthousiaste, et le service était impeccable, sans être chichiteux!…

Alors, évidemment, c’est un lieu d’exception, avec une carte légèrement élevée, mais pour vous donner une idée, à deux avec entrée (à partager #burrata)-2plat-2desserts de chez Michalak– 2 verres de vin de qualité, l’addition est arrivée à 101euros, pour un évenement exceptionnel ça vaut le coup selon moi, et vous pouvez peut être voir pour le midi la carte est différente je crois!

Pour en revenir à nos moutons, l’automne est ma saison préférée, car je suis une grande fan…de veste de tout genre. Trench, Perf’, Bombers, j’en ai beaucoup, et j’adore les ressortir années après années…

J’aime pouvoir porter une robe, combi, un jeans, et sortir des vestes de tout style pour métamorphoser mon look. Ici j’ai opté pour une combinaison noire de chez Asos, col bardot ( je la shooterais seule bientôt) avec ce trench fleuris de chez Asos également. Mon sac à mains dont toutes mes copines raffolent quant à lui est de la marque Skinny Dipp London, une marque dont les accessoires Pop ne me lasse pas!

Avant de nous rendre au restaurant, nous avons shooté ce look sur la terrasse de ma maison, et la lumière était très belle ce soir là, (et c’est aussi ce que j’aime en Automne d’ailleurs!), je suis contente des images!

Pour le maquillage, j’ai travaillé avec une palette de chez Make-Up Revolution dont je vous parlais sur Story, et qui selon moi est un excellent dupe de la Naked Heat, pour seulement 13euros… foncez à vos Monops!

Aux lèvres, un mat de chez Sephora! 🙂

Les liens de mon look sont à la fin de l’article comme d’habitude 🙂

J’espère que votre rentrée fut bonne, pour ma part les choses se décantent doucement et je vous raconterais tout ça de temps en temps par ici 🙂

 

Et vous, quel est votre saison préférée pour vous habiller? 🙂

Read More »

Bavardage!

Etre créatif en 2017, c’est encore possible?

Merci.

Je reviens par ici, d’abord pour vous remercier d’avoir été si nombreuses à témoigner autours du même type de soucis que les miens et à me raconter votre histoire, souvent douloureuse, intime, avec pour point communs le sentiment de honte.

C’est la honte qui nous agrippe lorsque l’on vit avec une maladie invisible, avec des symptômes que l’on ne comprends pas

J’ai dit que je n’étais pas Wonder Woman, et quand j’y pense je me trompe. 

Je vous invite à prendre une grande inspiration, et à vous remplir d’un sentiment de fierté de continuer à vous accomplir chaque jour

J’avais peur d’ennuyer, d’encombrer, de disparaître, d’être dans une case, sentiment contradictoire et paradoxal, et peut être que pour certains dans mon entourage proche ou moins, c’est le cas, mais j’ai encore reçu un message tout à l’heure qui m’a fait penser que j’avais vraiment-vraiment- bien fait. Beaucoup de femmes m’ont dit qu’elles me remerciaient de parler en leur nom, d’ouvrir la discussion sur ces sujets souvent touchy et tabou.  

Les réseaux sociaux, les créatifs

J’avais envie de revenir sur les réseaux sociaux et l’impression de vie géniale qu’ils donnent des influenceurs, ou de vos “connaissances” simplement.

Je vais prendre un exemple que je connais très bien: dans mon métier de photographe, le milieu est peuplé de personnes dont la vie à l’air incroyable et dont le quotidiens est pourtant bien différent en réalité.

Un exemple qui pourrait sembler sorti d’une série US : Pamela est l’une de ses jeunes femmes de la mode brillante et ambitieuse, comme “les gens de la mode”, travaille avec des marques de luxe chaque jour, on la retrouve dans des Ubers à snaper les shoppings à récupérer pour un shooting avec une célébrité, surbookées, dans des grands studios Parisiens immaculé de blanc, des équipes de folie, pour de beaux magazines… du beau monde, quand ils sont stagiaire, ne sont pas payés, et vivent du RSA chez leurs parents.

J’en connais.

Je ne les blâme absolument pas. C’est évident mais je le dis quand même, on ne sait jamais que ca ne porte pas à confusion.

Derrière les écrans, les “gens de la mode”, ou les “gens de l’image” sont les premiers à savoir mettre en scène leur vie, c’est l’essence du job de créa de mettre en scène, peu importe son activité, on doit avoir l’air, et pourtant, il y a des mois “sans” où on s’appelle en mode “Tu bosses toi?” “Putain tout mes devis reviennent négatifs?”, “Pourquoi XYZ a fait cette putain de campagne et pas moi?”

Cette année, j’ai appris que de très bon photographes acceptaient des Lookbooks pour 300Euros. Je sais que les tarifs font débats, et je n’ai pas le temps ici de développer ça, je pourrais le faire au sein d’un autre article si ça vous dit, mais dans notre métier, il faudrait ajouter un zéro à ce type de prestation, ou en tout cas passer à du 3 chiffres. Ils acceptaient parce que c’était super-dur comme période.

Des copines mannequins sont au standards téléphoniques de grandes entreprises dans les périodes creuses, des musiciens avec 20 ans d’expériences font de la manutention quand les cachets ne tombent pas, ou des chanteuses acceptent de bosser gratos au Club Med…

C’est la putain de passion qui animent tous ces chevronnés, et l’image d’eux-même avec eux-même n’est pourtant pas souvent la plus glorieuse, un vrai problème d’ailleurs, parce que ces années de galères, pour une réussite qui sera toujours soumise à l’avis du public (coucou Jean Pierre), de la cousine, des parents qui “Tu veux pas faire un vrai métier?”, c’est bancale… mais ça jette des paillettes dans la gueule de leurs followers sur Instagram, et ça sombre dans la dépression.

Il y a des gens qui en vivent très bien quand ils se font une place, ils sont une poignées, mais oui on peut en vivre sans être le maquilleur de Kim K, d’autres ont des jobs à côtés, des gens sont heureux aussi, mais jamais vous n’entendrez parler de la réalité de leurs jobs, parce qu’ils ont tous peur.

Peur de ne pas être rappelé, peur de ne pas être accepté dans ce milieu, de ne pas renvoyer la bonne image, et comme disent les jeunes “c’est malaisant” à force de montrer une fausse-réalité-arrangée.

Alors on continue à faire un selfie souriant à la fin d’un job même si le client a été odieux, même si on est pas payés ou bien dans 3 mois si on a de la chance quand on se sera battu avec la compta qui n’a pas reçu notre facture ré-envoyée 8 fois. On sort des images qu’on aime pas vraiment, parce que machin-truc a choisi, que ca n’a pas été validé par quelqu’un qu’on a jamais vu, et qu’aujourd’hui un edito pour un magazine c’est une équipe qui s’auto-produit pour faire des belles images… en collaborant gracieusement avec des marques qui ne veulent pas qu’on mélange leurs fringues avec la concurrence et veulent une page de pub gratuite en plus parce qu’ils sont “annonceurs” du support en question.

Un casse-tête chinois.

J’disais il y a pas longtemps à une amie “J’aimerais bien avoir un blog anonyme pour parler de tout ça”, mais en réalité je m’en fiche un peu aujourd’hui.

Il y a aussi ET HEUREUSEMENT, des clients avec qui les choses se passent bien, des gens qui nous prennent pour ce qu’on sait faire et ce qu’on aime faire, mais ils sont rares, alors que ca devrait être la norme. C’est amusant parce que pour le coup, à mon échelle dans le domaine du blogging, on m’a pour le moment laissé assez libre.

Je comprends qu’il y ai des contraintes comme dans tout les métiers, mais les cahier des charges qui changent le lundi, mardi, mercredi, et parfois même après le job parce que “Finalement, on va pas garder tout ces looks… “/ “ Mais vous les aimiez pourtant le jour J? “ “Oui mais les financiers n’approuvent pas et il y en a un qui n’aiment pas trop la mannequin.”

OKAAAAY.

C’est pas comme s’il y avait eu 10 validations dans l’eco-système de la boîte pour laquelle on bosse.

Ca fait partie du game en 2017.

Quand j’ai commencé c’était différent, et je crois que les réseaux sociaux n’arrangent rien.

Le lien de cause à effet : la concurrence, la multiplication des moyens, le bénéfice au clic et donc l’image la plus vendeuse, les statistiques, la sensation de “tendance” à suivre…

Les auteurs, artistes, créa, blogueurs, youtubeurs en parlent tous d’une manière différentes…

 

Et la créativité dans tout ça? C’est encore possible?

Illustration: ici

 

Rachel

Bavardage!

Je ne suis pas Wonder Woman

Cet été, j’ai été plus absente des réseaux sociaux qu’à mon habitude et bien que ce soit multi-factorielle, je me rends compte que j’élude totalement quelque chose de très « important » dans ma vie depuis des années, et je vais à la fois vous dire quoi, et à la fois vous dire pourquoi.

Pourquoi?

Je travaille avec mon image, de manière totalement différente selon les projets: le blog bien entendu, mais aussi et surtout mon métier de photographe en freelance, mon projet de musique, et bien d’autres choses.

Aujourd’hui, avoir une présence sur les réseaux sociaux est devenu primordiale, et j’avoue que je suis née avec ça, j’avais des blogs à 14 ans, j’ai construit mon identité à travers mes réseaux, et plus que tout au monde, je déteste voir les gens « se plaindre ». Je ne les juge pas du tout, mais ce n’est pas comme ça que j’aime m’exprimer. Ca parait sans doute bizarre alors que je consulte de nombreuses vidéos youtube, blogs et insta, mais je parle plutôt des statuts Facebook alarmiste sans donner de réelles informations, ou les gens dont on suit les changements amoureux toutes les semaines. Disons que je mets une différence entre vie perso et vie intime. Je raconte ce que je décide de raconter ici, ou sur instagram, à travers mes stories, mais j’ai pris le parti depuis des années de montrer et communiquer sur le postif, et ne jamais me plaindre, ou alors vraiment hyper occasionnellement avec le plus d’humour possible pour dédramatiser les situations, ou quand c’est plus drôle qu’autres choses, et comparer aux merdes qui me sont arrivées dans la vie, je peux vous dire que vous n’en tenez pas 2% ici et ailleurs.

J’ai donc choisi, délibérément, d’avoir des réseaux « propre », au regard de mes métiers sur lesquels mes clients, mes amis, des connaissances, peuvent consulter d’une manière ou d’une autre, et ce, même si mon FB a subi plusieurs ménages ces 8 dernières années, on a tous des « collègues », ou des personnes susceptibles de lire des choses et mal les interpréter.

Seulement, voilà, c’est vicieux, car cette année particulièrement, je me suis aperçue que je gardais beaucoup de choses pour moi, pour ne pas déranger ( blessure du rejet?) que je ne voulais pas être quelqu’un de désagréable, chiant, boring, et que je préférais donc être aux abonnés absente, plutôt que d’expliquer POURQUOI j’étais absente. Cette stratégie me semblait payante jusqu’à peu de temps, mais en fait, elle me pèse, et elle m’empêche d’être aussi libre que je le clame en quelque sorte.

Alors voilà…

Quoi?

Depuis 2010, je souffre de douleurs chroniques et invalidante. 

Alors, non, plus exactement, cela a commencé en 2010.
J’ai donc usé et abusé de doliprane-codoliprane-ibuprofène, séance d’ostéopathie, anti-migraineux sur ordonnance… A cette époque, je vivais chez mon ex  (oui oui, il était mon ex) et je n’avais ni les moyens de partir, ni de solution pour vivre ailleurs. Je souffrais d’insomnie, chaque nuit, et c’était seulement à l’heure où son réveil sonnait que m’endormais enfin. J’avais 21 ans. Je vivais décalé.

En 2011 j’ai emménagée dans une colocation, où ma coloc au début, était souvent absente, j’ai commencé à récupérer un rythme correcte, je redormais, très tard, mais je gérais, j’avais mes séances photo plutôt l’après-midi, mais mes douleurs de dos ne me quittaient toujours pas, je pensais que c’était lié au stress ( comme me le disait mes médecins) et au poids. J’ai perdu 10 kilos en 1 mois et demi en ne mangeant plus rien ou presque, ( je ne vous le conseille pas), ça n’a rien changé, je continuais à douiller, et à garder pour moi, j’avais l’habitude de la douleurs, c’était comme ça. J’ai fait des radios du dos qui n’ont rien expliqué, on me disait « il faut vous détendre à votre âge dit donc »

En 2012, je sortais avec un mec, et un soir j’avais si mal chez lui que je lui ai demandé de fouiller ses placards, je n’en pouvais plus. Il m’a trouvé du tramadol, pour les douleurs forte donc. Il m’a dit  » c’est sur ordonnance, si tu en veux je t’en donne un seul mais tu vas chez le médecin. » J’ai eu l’impression de revivre, de planer, et surtout d’être enfin plus légère. Je suis allée chez le médecin, et je m’en suis faite prescrire. Au début, j’en prenais peu, et je m’arrêtais régulièrement car je déteste être dépendante à quelque chose: je bois très peu d’alcool, je n’ai jamais fumé une cigarette et jamais je ne me suis droguée, c’est ce que je croyais en tout cas.

2012/2013 Quelque chose qui me soulageait beaucoup a cette époque, c’était de me faire faire craquer le dos par mon mec. Il m’attrapait le dos,et me faisait craquer les articulations, j’avais l’impression qu’on m’enlevait un poids, temporairement toujours, et puis je prenais toujours ce tramadol. A la même période, j’ai cru avoir une intolérance au gluten, je vomissais, j’étais ballonée, j’avais mal au ventre tout les jours, j’avais de la colopathie fonctionnelle, qu’on appelle aussi « syndrôme du colon irritable » ( alternance des extrèmes en terme de digestions) alors je suis passée au sans gluten: d’abord de manière drastique, plus rien, niet, j’ai du cuisiner autrement, j’ai cherché des nouvelles recettes, j’avais l’impression que ca fonctionnait, et en même temps c’est vrai que mon ventre était inflammé, donc je prenais des probiotique spéciaux pour que ma flore intestinale aille mieux, se reconstruise. J’ai aussi éliminé caféine, laitage… je suis passée au thé, et exceptionnellement au café au lait de soja ou autre.

Petit à petit, la fatigue était (est) de plus en plus persistante, et je ne savais plus quoi faire. J’ai fait des analyses de sang, jamais rien, j’ai pris des compléments alimentaire, j’ai refait des radios du dos, des dizaines de massages, séance d’ostéopathie, j’avais toujours mal, le matin était (est) le plus difficile, j’avais (j’ai) l’impression de devoir dévérouiller mon corps pour qu’il fonctionne correctement, je ne savais plus quoi manger, j’étais épuisée, comme dans le corps d’une vieille dame.

En 2014 j’ai rencontré Mon Monsieur avec qui je suis actuellement. Ca a commencé sur les chapeaux de roues car j’avais mes règles de manière complètement aléatoires, 3 semaines non-stop, des migraines, franchement je lui tire mon chapeau de pas s’être barré en courant: médecin de nouveaux, on m’a détecté un kyste aux ovaires, j’ai encore vu des médecins  » vous avez un utérus parfait », »je suis contente de le savoir » et j’ai commencé une pillule en continu pour cesser d’avoir mes règles qui ont toujours été totalement aléatoire, et insupportable.

Tramadol, tramadol, tramadol…

Durant toute cette période, je continuais de prendre 2 tramadol chaque matin pour aider au fameux « déverouillage » et parfois une dose de plus si j’avais une journée très éprouvante, impossible d’aller en shooting sans ça. J’ai cru avoir des tendinites aussi, je dis j’ai cru, car je crois aujourd’hui que tout ce que j’ai ressenti mis bout à bout, c’est autre chose. En tout les cas, je ne pouvais pas utiliser mon bras droit. J’ai continué aussi à avoir des nuits chaotiques, des rêves, des cauchemards, mon ostéopathe m’a dit que je « serrais les dents la nuit », je suis allée voir un dentiste, j’ai fait faire sur mesure une gouttière pour la nuit, je la mets tout les soirs depuis plus d’un an. Je suis incapable de dire si ça va mieux avec ou sans.

Aussi, je craque de partout, ceux qui me connaissent le savent, chaque jour chaque articulation « claque » sans que je fasse grand chose.

Bien sur, entre deux, j’ai vécu des choses intimes dont je ne me sens pas encore de parler ici, alors on m’a dit « Tu fais une déprime » puis « une depression », et moi je me disais « Mais si j’avais pas mal au corps, partout, tout les jours, j’irais normalement! » mais j’ai accepté le Lexomil pour m’endormir et une thérapie.

J’ai commencé à « calculer » mon énergie: « Est-ce que je suis capable d’aller à cette soirée et d’assurer demain? » je sentais toujours tout de manière 100 fois exacerbé, le bruit, les odeurs, l’énergie positive ou négative des gens…

L’an dernier, l’été dernier plus exactement, je shootais pour une boite dans le 15éme arrondissement, et je n’y allais qu’en Uber, impossible de faire autrement, les transports en communs m’angoissaient, les réveils trop tôt me fatiguaient, je lui demandais de ne pas me déposer devant car j’avais peur qu’on croit que je faisais ma feignante, j’étais incapable d’avaler quoi que ce soit, je devais attendre que le Tramadol fasse effet, je mangeais uniquement des salades car j’avais peur d’avoir mal au ventre durant les shoots et de ne pas assurer, je me retrouvais parfois à pleurer tellement la douleur était envahissante, tellement je me sentais inutile, j’avais l’impression de perdre ma personnalité car j’ai toujours été extrémement sociable et dynamique, je ne me reconnaissais plus, mais quand on est freelance, les arrêts maladies ça n’existe pas, et en plus même en me reposant 3 jours d’affilés, je ne voyais aucun bénéfice.

Septembre 2016: J’ai commencé le sport, ça m’aidait un peu, même si beaucoup de choses me semblaient insurmontable, mais ma vie personnelle m’a fait m’absenter de mon domicile des semaines, et le plus souvent possible et j’ai arrêté, puis j’ai déménagé.

Depuis Janvier 2017, j’ai emménagé avec l’amoureux, j’ai espéré que le contexte changeant, j’aurais alors plus de facilité à gérer mes symptômes, et que le fameux « stress », dont tout le monde me parlait ( à juste titre pour certaines choses) seraient plus facile à gérer. 2 semaines après notre emménagement, je suis tombée dans la salle de bain.

Je n’ai pas glissé, je n’ai pas fait une chute bête, ce sont mes jambes qui se sont dérobées sous moi, je n’avais plus aucune force depuis des semaines avec le déménagement, l’angoisse, etc, mais je continuais à vouloir en faire plus, je voulais célébrer l’entrée dans notre maison et j’étais en train de peindre le mur de la chambre, j’avais pris une douche pour filer chez Leroy Merlin parce qu’il manquait de la peinture. Mon genoux droit est fragile depuis un accident datant de plus de 14 ans, et la rotule qui s’est déplacée s’est remise immédiatement, je suis tombée au sol, j’ai hurlé, mon mec a accouru, j’ai cru que je n’allais jamais pouvoir me relever, j’ai pleuré, il voulait m’emmener à l’hôpital et j’ai refusé car malheureusement je savais que j’allais patienter des heures, et j’ai préféré appelé des médecins directement.

Béquilles, repos, radio du genoux, rdv chez un chirurgien du sport spécialisé dans les opérations du genoux, et il m’annonce que j’ai une malformation du genoux droit et que ma rotule est très abimée, que des morceaux se baladent dans ma jambe et que je ne pourrais pas échapper à une opération, avec 3 mois d’immobilisation + de la rééducation, « Et n’attendais pas 10 ans de plus hein ». Dans le cabinet je pleure, il ne manquait plus que ça. J’appelle un Uber et je rentre en pleurant de plus belle.

J’augmente la dose de Tramadol pour à la fois combler mes douleurs dites « lombalgie  » sur le dos, la nuque, les bras, épaules, mains, et les côtes qui sont à la fois des douleurs diffuses et permanente, et des points nerveux précis, et pour rendre supportable cette douleur au genou.

En juillet j’ai passé 10 jours à totalement me vider, à ne manger que du riz…

Depuis, rien ne s’est amélioré, le genou va correctement disons, après du repos, et des excercices à la maison je sens moins de faiblesse mais ma rotule est complètement « libre », j’ai été voir une ostéo près de chez moi en juillet parce que je me suis bloquée l’épaule, à qui j’ai expliqué mes douleurs et qui m’a manipulé presque 1H30… des intestins au genou, en passant par les cervicales.

Elle m’a demandé si j’étais suivie, et m’a évoqué la fibromyalgie car j’ai les mêmes symptômes qu’une de ses patientes.

J’ai été me faire masser 3 fois en 3 mois, et chaque personne qui m’a massée m’a demandé ce que j’avais. La dernière a Montpellier m’a aussi demandé si j’avais une fibromyalgie, et m’a dit sentir des boules à certains endroits de mon corps qui sont ultra-tendu notamment un point nerveux sous l’omoplate.

Bref, je vais vous passer les détails et aller à l’essentiel car ce post est déjà très très long:

Les douleurs chroniques, invalidante, physique, et invisible, c’est vraiment très très dur à vivre, et pourtant je suis quelqu’un qui a l’origine a une très bonne résistance à la douleur, au stress et à la pression, c’est pas pour m’la péter hein, mais j’ai vécu des choses très dur dans l’enfance-adolescence-jeune adulte, et je m’en suis toujours sortie.

J’ai décidé il y a une semaine d’arrêter le Tramadol, et progressivement le Lexomil, car je ne sais plus ce qui est de l’ordre de mes symptômes ou bien des effets secondaires ( nausée, diarrhées, tremblement, tachycardie, sautes d’humeurs, hyper-émotivité…) dont ces médicaments sont clairement rempli et de tester des solutions plus naturelles, que je viens de recevoir.

Je suis extrêmement fatiguée MAIS je refuse d’arrêter d’avoir une vie professionnelle, je vais juste faire ce que j’aurais dut faire depuis longtemps: écouter mon corps, et refuser les clients que je ne sens pas.

J’ai pour la première fois de ma vie, la chance d’être avec un homme qui peut « assurer » le quotidien. Autant vous dire que je déteste ça, dépendre de quelqu’un, car je n’ai pas eu même mes parents sur qui compter.

Le 1er septembre je vais à la fois fêter mes 28 ans, mais aussi mes 13 ans de vie active puisqu’à 15 ans j’ai enchainé 4 ans de formation professionnelle en alternance avec comme chaque salarié 5 semaines de vacances par an et que depuis je n’ai jamais cessé de bosser. Cela fait 8 ans que je suis photographe pro, et je suis fatiguée de gérer des égos et des conneries.

J’adore mon métier, au plus profonds de moi, mais j’envisage une reconversion, afin de ne plus être dépendante des gens qui ne respectent ni leurs engagements, ni ne réalise leur travail et me font occuper plusieurs postes pour rien, ce sera l’objet peut être d’un autre article car j’ai des choses à dire sur ce métier qui a tellement changé depuis que je l’ai commencé. C’est compliqué car tout ce que j’aime faire, s’apparente à des métiers en freelance. Je n’ai pas encore trouvé de solution, et comme je le disais plus haut, pour une fois je vais accepter l’aide de mon compagnon et surtout trouver le rythme qui va estomper mes douleurs. Des choses existent mais sont assez incompatible avec le rythme effréné que j’ai eu jusqu’à présent. Je vais simplement accepter les jobs qui me conviennent vraiment, et je peux vous dire que réussir ça sera une grosse avancée dans ma vie.

Je cherche le traitement qui saura à la fois me soulager, et le rythme de vie qui m’offrira une vie heureuse. C’est ce à quoi j’aspire.

Je continue avec plaisir les séances photos, le blog, j’adapte simplement ce que j’accepte ou non, les horaires, les projets et le fait qu’ils me plaisent et m’apportent de la joie et se fassent avec des équipes que j’aime. Pour vous ça ne va rien changer en réalité d’ailleurs, car ce qui monopolise le plus de mon énergie sont des projets assez invisible pour vous, des shoots d’entreprise etc…

Je ne peux plus être aussi active que je l’ai été car mon corps me dit stop, et je ne peux pas faire sans lui, donc je vais m’en occuper, et sans doute que je vous en parlerais enfin à travers mes réseaux sociaux, ponctuellement, car à travers un post Facebook dans lequel j’ai laissé le mot Fibromyalgie car c’est une suspicion/une piste, j’ai reçu le témoignage et les conseils de deux femmes que j’embrasse si elles sont par là, et que je me dis que je n’ai pas à avoir honte d’avoir mal. Je ne suis pas responsable. Je ne suis juste pas WonderWoman.

Je précise aussi que je ne sais pas encore ce que j’ai, je n’ai pour le moment aucun diagnostique, et si c’était la fibromyalgie par exemple ( ou d’autres maladie voisine) c’est par un processus d’élimination que l’on détermine la maladie, car rien ne se voit aux analyses ni aux radios. Je reprends les rdvs médicaux d’ici quelques semaines, je vais d’abord tester les compléments alimentaires dont m’ont parlé les deux femmes en question, histoire de me détoxifier du Tramadol et du Lexomil, et de tester autre chose. Avec la fatigue permanente, c’est aussi un défis que d’aller se taper toutes les galères médicales, donc je compte un peu sur ce nouveau rythme pour prendre mes rdvs, notamment avec un spécialiste de la douleur que l’on m’a recommandé.

Pourquoi j’ai décidé d’en parler?

Je ne peux pas défendre des valeurs comme l’estime de soi, le body positive, et en même temps cacher à tout le monde que je souffre.

Pour les personnes qui me diront encore une fois, « tu exagères », je vous assure qu’avoir mal chaque jour de votre vie depuis des années devient invivable et je ne le souhaite à personne, et que non, ce n’est pas « comme moi quand j’ai mal au ventre je prends un spasfon », de la même manière qu’un vrai migraineux n’a pas à prendre juste une aspirine et puis ça passe, il s’enferme dans le noir et parfois ca dure 3 jours.

Si seulement les gars, je n’ai vraiment, mais alors VRAIMENT pas que ça à foutre de courir les médecins, et j’ai TELLEMENT d’envie dans la vie.

Et pour ceux qui ne me croient pas, ils n’ont qu’à aller voir ailleurs si j’y suis. Écrire tout ça, c’est pour être tout à fait honnête avec moi-même, avec vous, et passer un cap nécessaire qui est de ne pas dépendre professionnellement de l’image que je renvois car j’ai l’impression de jouer un rôle de meuf sans soucis, et ce n’est pas honnête.

Je n’ai pas menti pendant ces posts, j’ai dissimulé une souffrance.

Une souffrance dont j’ai aussi l’impression qu’elle n’a rien à voir avec la tambouille puisqu’ici j’ai envie de parler de choses légère, mais en fait non, pas uniquement.

Dans tout les cas, cet espace est le mien, et je peux dire ce que je vis, ce que je ressens.

J’en dissimule d’autres des casseroles, comme tout les êtres humains, et on verra si un jour je trouve nécessaire de les écrire ici, j’ai plutôt le projet de me remettre à l’écriture, et poursuivre mon projet musical qui m’apporte beaucoup de joie.

J’espère que ça n’a pas été trop chiant à lire, et si vous êtes dans un cas similaire, ou que vous connaissez quelqu’un qui… partageons ça ensemble!

 

Je vous embrasse <3

Rachel

 

 

 

Bons Plans,Lamodelamodelamode!

Tropical 70’s

Bonjour les filles!

Je reviens aujourd’hui avec une petite collaboration avec le jeune e-shop Pampleon qui cherche à habiller la femme ronde et s’est lancée récemment sur le web!

Pampleon c’est l’histoire de deux copines qui se rencontrent à Lyon. L’envie d’entreprendre ensemble couplée à l’envie de proposer un concept pour les femmes, avec le constat que les femmes rondes sont boudées par les grands du prêt à porter.

Ce dressing multi-marque propose des collections pour les beautés pulpeuses, et pour les satisfaire, chaque pièce est rigoureusement selectionnée, afin de proposer des styles différents pour tous les budgets et à porter en toutes occasions.

C’est ainsi que Pampleon s’est dévoilé le 06 juin 2017.

J’ai choisi plusieurs pièces au sein de la boutique, et je commence par vous présenter cette blouse/chemise de la marque Zizzi, une marque danoise que j’avais envie d’essayer depuis un petit moment. Les prix sont très correcte, et sur le site de Pampléon elle est soldée à 19,98E, autant dire que c’est une pièce forte à prix tout doux.

Quand je shoppe, depuis plusieurs mois, je me tourne définitivement vers la couleur, et ce que j’aime avec cette blouse, c’est que malgré son imprimé tropical définitivement « Summer », je l’imagine aussi avec une petite jupe en suédine camel, un long gilet, et de grande botte pour l’automne. J’aime assez ce type de pièce, car à Paris d’un jour à l’autre on ne sait pas comment s’habiller donc j’investis pas mal dans des choses mi-saisons, ce mois de Juillet en était un parfait exemple: pluie, canicule, temps automnal…j’ai quand même réussi à tomber malade!

Je vous laisse donc avec ce look un brin 70’s, c’est la frange qui fait ça je suppose aussi. La saison qui arrive à de belles influences de cette époque, j’ai très hâte de découvrir les collections de l’automne, je sens que l’on va s’amuser!

Il faut que je trouve un bon coiffeur à Paris d’ailleurs, si vous avez ça sous la main, qui sait s’occuper de cheveux bouclés-coloré et qui travaille bien le roux, je suis assez preneuse! J’aimerais avoir un peu de relief à ma couleur, depuis que j’ai déménagé je n’ai pas mis un pied chez un coiffeur, comme toujours, après l’été, vient le temps de donner un peu de subtilité à toute cette masse…

On se retrouve bientôt pour découvrir d’autres pièces de ce shop!

« Il est temps de flatter vos rondeurs » www.pampleon.com

Cordialement, bisous

Rachel

Petite exlcu: les nouvelles marques à venir sont Cosabella ( lingerie), Juna Rose et Persona by Marina Renaldi !

 

 

Je veux le même look: 

Pour ce look, je porte donc une chemise Zizzi, un jean Asos brute, une ceinture qui est un foulard , et des boucles d’oreille H&M. La pochette a été achetée lors d’un vide dressing chez Gaëlle.